mardi 13 juin 2017

Stanotte a Venezia

Stanotte a Venezia sur la RAI 1


Un documentaire magnifique de plus de 2 heures sur la Sérénissime. L'animateur Alberto Angela nous propose une visite privilégiée de plusieurs lieux, une visite nocturne dans une Venise délicieusement déserte. Un rêve!

Voici le lien pour visionner l'émission en ligne:





dimanche 30 avril 2017

Les violons de Venise



Dans le cadre de l'émission Versus sur la RTS:

Aujourdʹhui, jouons aux touristes et laissons-nous aller aux plaisirs de la visite en lorgnant ensemble les vitrines du Musée des Instruments de musique de Venise, en compagnie de son directeur, Paolo Cognolato. Nous y rencontrerons quelques instruments emblématiques, dont des violons tout-à-fait vivaldiens, issus de la collection de lʹéglise de la Pietà…
Visite en compagnie de Paolo Cognolato, musicien, directeur du Museo degli strumenti musicali de Venise.


https://www.rts.ch/play/radio/versus-ecouter/audio/versus-ecouter-les-violons-de-venise?id=8542938

Lieu visité: San Maurizio avec son musée de la musique
Pour plus d'information: http://www.artemusicavenezia.it/fr/musei/museo-della-musica

samedi 8 avril 2017

Autour de Donna Leon

Sur France musique, Donna Leon est l'invitée de Philippe Venturini. Discussion sur le thème de l'opéra, de la musique baroque et autour du roman Brunetti en trois actes.


Aussi à propos de Donna Leon la toute récente parution du 26e Brunetti en anglais Earthly Remains.



Présentation extraite du site de l'éditeur:
 
Earthly Remains
A Commissario Guido Brunetti Mystery
By Donna Leon
Atlantic Monthly Press
978-0-8021-2647-4 • $25.00 • Forthcoming in Cloth • Apr. 2017
 
Donna Leon’s bestselling mystery novels set in Venice have won a multitude of fans for their insider’s portrayal of La Serenissima. From family meals to coffee bars, and from vaporetti rides to the homes and apartments of Venetians, the details and rhythms of everyday life are an integral part of this beloved series. But so are the suffocating corruption, the never-ending influx of tourists, and crimes big and small. Through it all, Leon’s Commissario Guido Brunetti has been an enduring figure. A good man who loves his family and his city, Brunetti is relentless in his pursuit of truth and some measure of justice.

In Earthly Remains, the twenty-sixth novel in this series, Brunetti’s endurance is tested more than ever before. During an interrogation of an entitled, arrogant man suspected of giving drugs to a young girl who then died, Brunetti acts rashly, doing something he will quickly come to regret. In the fallout, he realizes that he needs a break, needs to get away from the stifling problems of his work.

When Brunetti is granted leave from the Questura, his wife, Paola, suggests he stay at the villa of a relative on Sant’Erasmo, one of the largest islands in the laguna. There he intends to pass his days rowing, and his nights reading Pliny’s Natural History. The recuperative stay goes according to plan until Davide Casati, the caretaker of the house on Sant’Erasmo, goes missing following a sudden storm. Now, Brunetti feels compelled to investigate, to set aside his leave of absence and understand what happened to the man who had become his friend.

Earthly Remains is quintessential Donna Leon, a powerful addition to this celebrated series.

mardi 21 mars 2017

Voga alla veneta



En parcourant ma liste de podcasts, j'ai découvert avec joie ces deux épisodes de Tre Soldi de la RAI 3 portant sur la voga alla veneta. Quel bonheur d'entendre cet accent et ces sons si vénitiens. Voyage à Venise par les oreilles cette fois : )

Voici le lien pour écouter l'épisode:
http://www.radio3.rai.it/dl/portaleRadio/media/ContentItem-312a5570-735d-4046-b4fe-e9f4ee9b7c93.html

http://www.radio3.rai.it/dl/portaleRadio/media/ContentItem-61ba5976-cd2b-410c-a808-6f5da32350b4.html

Voga alla veneta | di Graziano Graziani
L'anno scorso e quello precedente Venezia ha sforato la cifra record di 10milioni di pernottamenti all'anno e oltre 25 milioni di turisti. Un successo che rischia di trasformare la città lagunare – appena cinquantamila residenti – in una sorta di Disneyland che fagocita ogni altra attività. Soprattutto per i più giovani, l'alternativa è tra lavorare nel settore del turismo e andarsene via. Un'associazione di Cannaregio, tutta composta da ragazzi nati negli anni Ottanta, ha cercato di mettere in pratica una terza via. Hanno aperto un piccolo cantiere per il recupero delle barche storiche veneziane, che come molti altri aspetti della venezia tradizionale rischiano di scomparire. Venice on board, oltre a restaurare le barche in stato di abbandono, organizza regate e corsi di voga alla veneta. Un modo per tornare a vivere Venezia dal punto di vista dell'acqua e senza spingere sull'acceleratore di un turismo distruttore.
Se pensate però che salvaguardare le tradizioni lagunari sia una faccenda per soli autoctoni, vi sbagliate di grosso. In queste due puntate faremo la conoscenza di un "autentico sandoliere polacco", e scopriremo che uno dei ragazzi di Venice on Board viene dal Messico e, tra non molto, potrebbe a sua volta cominciare a insegnare ai veneziani come si fa la "voga alla veneta".

#1 | Esistono fino a quindici tipi differenti di barche tradizionali, a Venezia, e molte stanno sparendo. Venice on Board, un'associazione di Cannaregio composta da ragazzi di appena trent'anni, cerca di recuperarle restaurandole e organizzando regate e corsi di voga.

#2 Un giro in barca tra i canali di Cannaregio con Emiliano, Nicola e Peyo, un ragazzo messicano che sta imparando i segreti della voga alla veneta e che, tra non molto, potrebbe a sua volta insegnarli ai veneziani. La tradizione di una città non è per forza una questione biologica, ma ha a che vedere con il passaggio di sapere. Un sapere, quello della voga, che a Venezia paradossalmente rischia di venire dimenticato.

(texte extrait du site de Tre Soldi)






dimanche 5 février 2017

Dans le ventre de Venise


Enrica Rocca est l'invitée de On va déguster sur France Inter ce dimanche.

Voici le programme de l'émission:

Dans le ventre de Venise

Risotto au radicchio, bigoli in salsa, tiramisu…
On explore le ventre de Venise avec la cuisinière sérénissime Enrica Rocca.
Enrica Rocca

Il y avait une fois une comtesse cuisinière…..

Née au sein d’une grande famille vénitienne, ma ville et son histoire me tiennent beaucoup à coeur. Si “La Serenissima” a toujours connu ma famille, c’est aussi l’origine de ma passion pour la cuisine. Dans le palais de notre famille, je n’ai jamais assisté à un repas auquel mon père – un fin cuisinier - n’avait invité ses amis. Il y avait souvent plus de 10 personnes autour de la table. Ces souvenirs de moments heureux ont influencés ma vie et ma carrière, au même titre que mes rencontres avec des gens des quatre coins du monde. Durant mes études à la prestigieuse Ecole Hôtelière de Lausanne, j’ai aiguisé l’efficacité de mes papilles gustatives et appris les règles essentielles du savoir-faire. C’est pourquoi, de l’Italie aux Etats-Unis, au Japon, France et Afrique du Sud, ma passion pour le goût, le partage et la convivialité est devenue mon mode de vivre.

Mes compétences à créer des événements pour des multinationales, cuisiner pour des clients prestigieux, à accueillir des gens dans mes somptueux appartements “Venice country Apartments” , à donner des cours de cuisine, ont été mes passions quotidiennes depuis de nombreuses années; vie quotidienne, qui n’aurait certainement pas eu le même goût sans la fidèle collaboration des mes clients! Goût que j’ai eu le grand plaisir de partager avec vous dans mon magnifique livre de recettes “Venise Gourmande et Creative”, mettant en scène les antiques verres de Murano et mes secrets de cuisine. Goût encore avec mon Prosecco issu des meilleures vignes de la Vénétie , vraie ode à l’amour de la vie et à la Dolce Vita! Goût partagé avec des companies de réputation mondiale et avec vous à travers ma gamme de produits authentiques. Goût dans mes cours de cuisine à Venise, Londres et Cape Town, durant lesquels mes clients découvrent comment choisir les meilleurs ingrédients, apprennent comment les cuisiner, et comment les apprécier ensemble - une cuisine unique et une expérience qui se teint des couleurs de l’Italie. La nourriture est passion… et ma passion est la nourriture !

Son livre : "Venise gourmande et créative"- Enrica Rocca - photographies Jean-Pierre Gabriel - préface Pierre Rosenberg - Paru le 9 décembre 2016- Ed. des Falaises

Murano, ce fut, c'est encore, ce sera longtemps l'industrie du verre, l'artisanat du verre, l'art du verre dans son extraordinaire variété, dans sa stupéfiante vitalité, dans son inépuisable inventivité. Venise, c'est l'art fait cuisine, c'est la cuisine faite art, une cuisine exportée aux quatre coins du monde, avec ses raffinements et ses surprises, avec sa capacité à se renouveler sans cesse, au gré des caprices de la mode et des saisons. Ce livre, c'est bien sûr le mariage de la cuisine et du verre, mais c'est également le mariage heureux de la photographie créatrice et de la littérature gastronomique inventive.

Pierre Rosenberg

Les adresses d'Enrica Rocca à Venise

CICCHETTI - Amuse-gueules :

ALL’ ARCO
Calle Arco – San Polo 436 - Phone +39 041 520 5666

AL MARCA’
Rialto market area, San Polo 213 - Phone +39 393 992 4781

TRAMEZZINI - sandwichs :

BAR TOLETTA
Sacca della Toletta – Dorsoduro 1191- Phone +39 041 520 0196

Restaurants :

OSTERIA ALLE TESTIERE
Castello 5801 - Phone +39 041 522 7220

TRATTORIA DA BEPI GIÀ “54”
Campo SS. Apostoli - Cannaregio, 4550 - Phone +39 041 528 5031

LA CANTINA
Strada Nuova - Cannaregio 3689 - Phone +39 041 522 8258

Lien pour écouter l'émission:
https://www.franceinter.fr/emissions/on-va-deguster/on-va-deguster-05-fevrier-2017


mardi 17 janvier 2017

Voir Venise et... vomir

Voilà un titre qui ne peut que piquer la curiosité du lecteur!
Il s'agit d'un roman policier d'Antonio Albanese.


Antonio Albanese 
Voir Venise et vomir
Roman policier
Collection fictio
2016
ISBN 978-2-940516-65-0
80 pages
18.00 CHF | 15.00 €

Venise, épicentre du sublime et du tragique – voilà un sentier littéraire battu et rebattu, mais qu’importe, après tout ? Quand on est Matteo Di Genaro et qu’on peut s’offrir tout ce qui se vend sur la Giudecca, fascinante virgule insulaire au sud de la Sérénissime, on se prendrait presque pour un dieu… jusqu’au jour où la nouvelle de la mort mystérieuse de son jeune amant, Fabrizio, lui tombe dessus et le fait chavirer. S’engage alors une enquête trépidante, charnelle et sacrilège, émaillée de ces savantes digressions dont Matteo a le secret, à travers les brumes hivernales flottant sur les canaux de la lagune.

Dans son travail d’écriture, Antonio Albanese s’approprie les différentes formes de la fiction et joue avec les structures et les règles. Ici, c’est au genre du roman policier satirique qu’il s’attaque. Voir Venise et mourir est le deuxième épisode des enquêtes de Matteo Di Genaro, personnage atypique et irrévérencieux, plus occupé à s’en prendre à son lecteur qu’à résoudre les crimes qui croisent immanquablement son chemin de milliardaire de gauche. Hédoniste joyeux, partisan d’une éthique minimale, il célèbre l’amour de tous les genres et tous les genres d’amour. S’il croit à une politique sociale du logement, ses convictions s’arrêtent là, et il préfère lutter contre la bêtise au cas par cas, même s’il est toujours prêt à faire des prix de gros.

Un lien pour écouter un entretien avec l'auteur sur la RTS:



dimanche 1 janvier 2017

mercredi 14 décembre 2016

Trois saisons à Venise


Versus-lire - Matthias Zschokke: "Trois saisons à Venise", Editions Zoé

De juin 2012 à janvier 2013, Matthias Zschokke a vécu à Venise, invité par une fondation culturelle. Saisi par la beauté des lieux, lʹécrivain ne parvient plus à écrire et passe le plus clair de son temps à ne rien faire, sinon à déambuler dans les rues dʹune ville que lʹon (re)découvre à travers des gestes quotidiens, boire un macchiato, faire le marché aux légumes, prendre le vaporetto, nager au Rialto, recevoir les voyageurs. Car à Venise, Zschokke le solitaire est pris dans un tourbillon humain fait de touristes, dʹamis et de famille.
Donc Matthias Zschokke nʹécrit pas, il le répète à lʹenvi dans les mails quʹil envoie à de multiples destinataires. "Trois Saisons à Venise" contredit lʹaffirmation car ces courriels sont de petits bijoux littéraires qui forment une entité, sorte de roman dont le héros serait lʹauteur.

Par Anik Schuin

Lien pour écouter l'entretien:
http://www.rts.ch/play/radio/versus-lire/audio/versus-lire-matthias-zschokke-trois-saisons-a-venise-editions-zoe?id=8203854
http://www.editionszoe.ch/livre/trois-saisons-a-venise

mardi 13 décembre 2016

Barbara Strozzi à Venise en 1656

Cette semaine, dans le cadre de l'émission Musicopolis sur France Musique, Barbara Strozzi à Venise en 1656.
A la rencontre de Barbara Strozzi, l'une des compositrices les plus célèbres de son époque et au destin si singulier dans la Venise du XVIIe siècle…


 

mercredi 23 novembre 2016

Nouveau musée à Venise





Un nouveau musée consacré à la musique a vu le jour à Venise. Il s'agit du Museo della Musica del Conservatorio Benedetto Marcello située dans le palazzo Pisani près du campo Santo Stefano. La collection composée d'instruments anciens, de photographies, de partitions et d'objets divers dont un banc qui a servi lors du dernier concert de Wagner, est installée dans l'appartement nuptial d'Alvise Pisani.




dimanche 30 octobre 2016

Musique et musiciennes à Venise. Histoire sociale des ospedali


Sur France Musique dans le cadre de l'émission Sous la couverture De Caroline Giron-Panel “Musique et musiciennes à Venise. Histoire sociale des ospedali - XVIIe-XVIIIe siècles”
“Enfants prodiges, génies en devenir, célèbres pour avoir déçu Jean-Jacques Rousseau qui les qualifia de laiderons tout en se délectant de leur chant, les musiciennes des ospedali méritent une place à part dans l’histoire culturelle et musicale de Venise...”

Quelles sont les raisons qui expliquent cette spécificité vénitienne ? Pourquoi avoir choisi de réserver l’apprentissage de la musique aux seules filles ? Qui étaient ces musiciennes ? Quels témoignages en ont donné les voyageurs qui traversaient l’Europe pour venir les entendre ?

Lien pour écouter le podcast: http://www.francemusique.fr/emission/sous-la-couverture/2016-2017/de-caroline-giron-panel-musique-et-musiciennes-venise-histoire-sociale-des-ospedali-xvie

Archiviste paléographe, docteure de l’Université de Grenoble et de l’Università Ca’ Foscari à Venise, ancienne membre de l’École française de Rome, Caroline Giron-Panel est conservatrice à la Bibliothèque nationale de France-Bnf. Ses travaux portent sur l’histoire du fait musical, sur la circulation des musiciens à l’époque moderne et les rapports entre musique et genre.

Musique et musiciennes à Venise. Histoire sociale des ospedali (XVIe-XVIIIe siècles)
Giron-Panel, Caroline
Bibliothèque des Écoles françaises d'Athènes et de Rome 363
Roma: École française de Rome, 2015
ISBN: 978-2-7283-0993-1
1082 p., ill. n/b et pl. coul.
Résumé:
Célèbres pour avoir déçu Jean-Jacques Rousseau, qui les qualifia de « laiderons » tout en se délectant de leur chant, les musiciennes des ospedali méritent une place à part dans l’histoire culturelle et musicale de Venise. Au début du XVIe siècle, les institutions charitables vénitiennes ne faisaient pas figure d’exception dans l’Europe de la Réforme catholique : toutes les grandes villes se dotaient alors d’hôpitaux, d’orphelinats et d’établissements destinés à secourir les enfants trouvés. Pourtant, seuls les ospedali de Venise ont vu se développer en leur sein de prestigieuses écoles de musique, qui ont formé des musiciennes suffisamment exceptionnelles pour attirer, au XVIIIe siècle, les amateurs de toute l’Europe. Quelles sont les raisons qui expliquent cette spécificité vénitienne ? Pourquoi avoir choisi de réserver l’apprentissage de la musique aux seules filles ? Qui étaient ces musiciennes ? Quels témoignages en ont donné les voyageurs qui traversaient l’Europe pour venir les entendre ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage souhaite répondre, en adoptant une vision kaléidoscopique de ce phénomène exceptionnel. À la lisière de l’histoire sociale, de la musicologie, de l’histoire culturelle et des études de genre, cet ouvrage explore les sources d’un modèle vénitien voué à un brillant avenir, puisque les actuels conservatoires en sont les héritiers directs.

http://www.aibl.fr/IMG/pdf/hommageaibl_berce_musique-et-musiciennes-a-venise_22-01-2016.pdf